Carnet de route : Sporades - 2013

Infos  "+" et BONUS !

Dans la même collection ...Laissez nous vos commentaires !Le récit de notre voyage ! L'album photos souvenir Quelques sites partenaires Téléchargez la version imprimable Téléchargez les cartes des îles

Vous êtes le visiteur.

LE RECIT DE NOTRE PERIPLE ...

Haut de page

Prologue

Dimanche 28/07 – Mardi 30/07 // Nantes - Skyros
Dans un monde parfait, le train part de Nantes à 15h35 pour arriver à 18h45 sur Roissy CdG (T2, c'est important de le souligner), ce qui laisse 2h30 pour prendre notre vol à destination d'Athènes à 21h20. Nous attend(ait) ensuite un transfert jusqu'au Myrto Hôtel – en bord de mer, excusez du peu ! - puis un transfert aérien Athènes – Skyros le lendemain – le 29/07 à 13h. Ce qui faisait que nous étions à 15h (15h30 en prenant de la marge) en train de bronzer au soleil.
Dans le monde de la SNCF – où tout est possible – le train part avec 40 mn de retard, puis se reprend 1h (environ, sachant qu'il s'agissait à l'origine de 40 mn …) de nouveau au Mans, ce qui fait que nous arrivons à … 20h36 en gare. Oui, les esprits chagrins pourront toujours nous rétorquer que « les intempéries » ne sont pas prévisibles. Soit, sauf que là, c'était juste pour attendre une correspondance – les 40 1ères minutes – puis le train en provenance de Rennes et à destination de Lilles (ce qui faisait surtout économiser un conducteur) pour le reste. Cela étant dit, nous arrivons à 20h46 en face des banques d'enregistrement dans le terminal 1 (et en ayant courus qui plus est), soit 6 mn trop tard tel que nous font comprendre les hôtesses qui pensent que c'est vraiment notre plaisir d'arriver en retard … Nous avons eu beau négocier, pleurer, crier … rien n'y fait et nous voilà bloqué sur Roissy CdG avec des perspectives d'avenir plutôt sombres. Prenant notre courage en main, nous trouvons sur Internet des vols Paris-Athènes (1000 € pour 3 via Opodo) qui nous feront arriver vers 17h15 dans l'aéroport grec international le lendemain (29/07). On ne bronzera pas à 15h(30) mais nous serons au moins en route. A noter que les seules alternatives proposées par l'assistant (Swiss Air) de la compagnie (Aegean) sont des vols à 1500€ ou 1000€ par personne et peu d'entrain de leur part pour nous aider dans cette étape « douloureuse ». Bref. Enfin arrivés à destination (la Grèce), nous prenons un bus en direction de « l'intercity bus station » d'Athènes où nous devrions logiquement trouver un bus – le dernier de la journée à 19h – en direction de Kimi. C'est en effet de ce port que partent les ferries à destination de Skyros, le plus proche dans tous les cas. Car, non, pas de vol Athènes-Skyros avant jeudi prochain : c'est une destination semble-t-il peu prisée et d'accès compliqué. Je reviens à notre station de bus où nous avons la désagréable surprise de s'entendre dire que ce n'est point là le départ pour Kimi, une autre station nous est indiquée à plusieurs km. En désespoir de cause, un taxi nous semble plus approprié pour nous rapprocher de notre étape Kimi et nous trouvons finalement un chauffeur qui nous propose d'aller jusqu'à Kimi ce soir, pour 200€. C'est cher, nous proposons en premier de faire escale à … où nous prendrons un bus le lendemain pour Kimi. Mais, vu la route et la distance (250 km entre Athènes et Kimi et tout en virages sur la seconde partie), nous acceptons l'offre initiale et nous arrivons finalement vers 21h à Kimi, où notre choix s'arrête sur le Pelagos Hôtel qui va nous héberger jusqu'à demain (le 30/07) 16h30 pour 45€ (négocié par notre chauffeur, 100€ indiqué dans l'hôtel). Il y a au minimum 6 studios très sympas, avec clim – il fait jusqu'à 38° en cette saison – et le restaurant est correct pour des prix intéressants. Bref, nous passons enfin une bonne journée en Grèce ! Nous prenons le ferry le lendemain à 18h (le seul de la journée) à destination de Skiros en espérant que tout va bien s'enclencher maintenant (les propriétaires du studio et de la voiture semblent à priori compréhensifs au vu des mails que nous échangeons avec eux). Affaire à suivre, un seul doute subsiste sur nos vols de retour (Skiros-Athènes et Athènes-Paris du 11/08) qui seraient peut être annulés du fait d'avoir manqué les vols départ. Et notre « voyagiste » Ebooker ne nous apporte pas une bien grande aide malgré le temps passé au téléphone. La journée sur Kimi est tranquille, plage le matin, sieste l'après-midi avant de nous diriger vers le port vers 16h30 (5 mn en taxi). Finalement, le ferry arrive à 19h40 sur Linaria, le port d'entrée de Skyros où nous retrouvons Martina qui nous loue une voiture jusqu'à samedi. Les formalités faites, nous prenons la route en direction d'Acherounes, où se situe notre pension. Les vacances commencent !!!

Haut de page

Skyros - Généralités

Mardi 30/07 – Samedi 03/08 et Jeudi 08/08 – Samedi 10/08
Notre premier logement se situe dans la baie d'Acherounes, avec vue directe sur la mer et presque les pieds dans l'eau. Les studios indépendants sont au cœur d'un jardin « tropical » dans ce qui était auparavant un vrai marécage en hiver. Nous l'apprendrons un peu plus tard, mais Lefteris TRAKOS, le propriétaire, a développé par lui-même toute cette zone, en ouvrant par ailleurs une agence de voyages, location de voitures et bien plus encore … Comme il le dit lui-même, il a fait le rêve il y a plus de 30 ans de faire de son village une propriété de bord de mer pour les touristes. Avec Pegasus Estate, on peut dire qu'il y est arrivé. A noter également la taverne « … » qui se situe à un jet de pierre de Pegasus où l'on est accueillie avec bonne humeur, où les mets sont savoureux et surtout très frais (poissons du jour, légumes et fruits gorgés de soleil) et qui est tenue par la sœur de Lefteris (ainsi que son mari, ses enfants …) Bref, une histoire de famille !!! Pegasus estate se situe donc sur Acherounes, en face de la plage du même nom qui se trouve au sud de l'île et qui est considérée – à juste titre – comme une des plus belles plages de Skyros. Le lieu est idéal pour pécher, faire du bateau et profiter d'un temps splendide à l'ombre des palmiers. Il y a bien entendu le Pegasus Cafe pour se rafraîchir, une aire de jeux pour les plus petits et des tortues attendent dans une rivière à côté l'heure du casse-croûte (19h avec du pain dur leur va très bien …)

Haut de page

Skyros - Histoire

Skyros est la plus importante île des Sporades, d'une grande beauté et telle que l'on peut imaginer une île grecque traditionnelle. Sans doute habitée depuis la préhistoire, elle est également mentionnée dans la mythologie grecque (Homère encore et toujours) dans le cadre de la guerre de Troie. Le Kastro emblématique de Chora est une ancienne acropole de l'age de bronze qui a connu plusieurs reconstructions au cours des siècles passés. Les Turcs, après plusieurs années de guerre, ont gouverné Skyros à partir du 16ème sicle et jusqu'en 1829.

Haut de page

Skyros - Activités

Quelques activités culturelles à visiter sur Chora, dont les musées archéologique et folklorique, et le Monastère d'Agios Georgios Skyrianos du 10ème siècle. Deux sites archéologiques sont recensés sur l'île, mais celui de Palamari qui était le plus renommé est fermé pour cause de grève …
Nous avons pu visiter au cours de notre périple plusieurs plages, exclusivement sur la partie Ouest de l'île. En effet, les paysages sont relativement arides côté Est, les falaises abruptes laissent peu de place à des plages de sable fin et, pour couronner le tout, les seules routes qui sont praticables se terminent en cul de sac devant des portails militaires. Il faut croire en effet qu'ils se sont plus facilement implantés dans cette zone que les autres habitants du coin. Il y a un bus local (paraît-il) et quelques taxis : au vu des distances à parcourir pour atteindre les plages et se déplacer entre Acherounes (où nous logeons), Chora et les autres villages environnants, le mieux semble de louer une voiture (chez Martina pour ce qui nous concerne), un quad (pas mal en vogue) ou des scooters (sans enfants ni bagages …) Chora étant construite à flanc de colline (où siège le Kastro), des parkings sont aménagés en bas de la ville, seuls les locaux ou quelques touristes mal réveillés s'aventurent dans les ruelles étroites qui finissent inévitablement en voies sans issues. Nous n'y faisons que deux passages pendant ce premier séjour : le 1er en fin de journée pour visiter le Kastro puis retour sur Acherounes au vu des parkings saturés et de la foule qui semble s'être donné rendez-vous ; le 2nd au milieu d'après-midi ce qui entraîne de la place dans les parkings, mais des commerces et tavernes fermés et un intérêt assez limité.

Haut de page

Skyros - Lieux incontournables

Le premier village dans lequel vous arrivez (depuis Kimi) est Linaria, principal port de Skiros (sauf si vous prenez un des 3 vols hebdomadaires en provenance d'Athènes) Le lieu est pittoresque et typique de l'île avec ses maisons blanches. C'est bien évidement d'ici que vous avez le plus de chance de partir en croisière autour de l'île avec l'Apollon. Quelques tavernes mais pas grand chose d'autre à citer. En direction de l'Est se trouvent quelques sites dits « remarquables », tels que les sources naturelles de Nifi (un pauvre robinet d'où s'écoule une eau à priori buvable) et la baie des trois … Un route permet d'aller à l'extrême Est de l'île avec un embranchement vers une autre plus bas vers le sud mais nous avons eu la désagréable surprise de tomber, dans les 2 cas, sur des installations militaires et donc fermées au publique. Restent quelques vues sur un paysage beaucoup plus aride et sauvage que sur la partie Ouest de Skiros, et la plage … qui vaut le coup d’œil. Acherounes se révèle être un lieu agréable pour se baigner et profiter du coucher de soleil dans l'une des deux tavernes établies. Les criques et plages ne manquent pas et nous pouvons citer parmi celles que nous avons « tester » … Nous avons, lors de notre dernier séjour sur l'île, séjournés sur Molos (hôtel Melikari), la principale station balnéaire à proximité immédiate de Chora. D'autant plus agréable que pas mal de routes et de sentiers permettent de rejoindre la capitale à pieds et en profitant de beaux paysages. Quelques plages très agréables se poursuivent – vers l'Ouest jusqu'à … où se trouve une taverne-moulin aujourd'hui fermée ainsi que les vestiges d'un ancien village et, là-encore, il est facile de de se déplacer à pieds et prolonger la route sur … et au-delà.

Haut de page

Skyros - La gastronomie

La gastronomie est un vrai régal pour les papilles. De nombreuses tavernes – principalement entre Chora et Molos, le quartier balnéaire de l'île – proposent des poissons du jour péchés par les pécheurs du coin (sardines, anchois, red mulet ...). Bien entendu, la salade grecque (tomates, concombres, olives, oignons, féta et poivrons) reste un incontournable ainsi que le tzatziki (yaourt, concombre et ail pilé avec huile d'olive et menthe). Mais quelques spécialités de l'île sont à découvrir : la « Marmarita », tarte au fromage et à la citrouille ou les spaghettis au homard (Astakomakaronada tel est le nom grec de ce plat). Les fromages sont très répandus (dont le myzithra et kefalotyri locaux) et se retrouvent cuisinés de différentes façons : sur du pain frit, dans des chaussons, en accompagnement de salades … Pour terminer, les fruits et légumes locaux sont un enchantement pour petits et grands : tomates, concombres, aubergines, olives, melon (vert et non orange comme chez nous), raisins … sont gorgés de soleil et ont des saveurs que l'on a du mal à retrouver chez nous, hélas …

En route pour le voyage !Haut de page

Skopelos - Généralités

Samedi 03/08 – Jeudi 08/08
Skopelos peut revendiquer le titre de plus belle île de Grèce, au moins des Sporades, avec des paysages dignes des plus beaux archipels hawaïens, des villages pittoresques avec les maisons blanches ornés de bougainvilliers et d'énormes pots de fleurs, et des criques aux eaux turquoises qui ne sont pas – ou très peu – urbanisées. Une particularité réside dans le nombre d'églises et monastères – on en dénombre 360 environ – et recouverte à plus de 80% de sa surface de forêts qui façonnent le paysage tant sur les « montagnes » que dans les vallées. Des routes relativement en bon état permettent d'accéder aux différents sites d'intérêts (et surtout les criques) et, bien que la longueur totale de l'île ne soit pas importante (environ 40 km), la location d'un véhicule (voiture ou scooter) semble pertinente si vous voulez visiter l'île dans son ensemble. En effet, Chora est la capitale et, de ce fait, très bien desservie en transports, en boutiques et restaurants mais, dès que vous vous éloignez, une seule ligne de bus permet de se déplacer, exclusivement sur les plages côté sud. Pour le reste, 3 sentiers sont très bien indiqués et la plupart des autres chemins sont perdus dans les broussailles. Il est donc difficile de se déplacer uniquement à pieds sur l'île sauf en empruntant les routes principales et secondaires, qui sont déjà assez étroites en voiture …
Le contraste avec Skyros est assez frappant, car nous passons d'une île sauvage est assez peu peuplée ou touristique à une île plus petite mais plus urbanisée et surtout où le tourisme est la première activité. De ce fait, les plages sont « équipées » en conséquence, parasols et sunbeds payants avec les tavernes les pieds dans l'eau. De nombreux hôtels ou pensions chez l'habitant et une capitale qui vit au gré des départs et arrivées de ferries en provenance / destination de Kimi. Les touristes sont également au rendez-vous mais semblent moins importants que les années passées. La clientèle est en effet majoritairement grecque avant d'être européenne or, la crise étant installée durablement sur le sol hellénique, les grecs voyagent moins depuis 3-4 ans.

Haut de page

Skopelos - Histoire

Skopelos – qui signifie « rocheuse » en grec – est une île montagneuse qui s'appelait Peparithos dans l'antiquité. La tradition veut que l'île ait été occupée en premier lieu par les crétois à l'époque minoenne (on retrouve d'ailleurs le même style de couteau typique avec une corne de chèvre en guise de manche sur les 2 îles). Le prince Stafylos – d'où le village de même nom au sud-est de l'île – fils d'Ariane et de Thésée ou du Dieu Dionysos – est soi-disant venu à Skopelos et s'est installé avec son peuple. Son nom signifie « raisin », et l'île est en effet connue depuis l'antiquité pour sa grande production de vin. L'île a connu de nombreuses occupations à l'instar de ses consœurs, par les athéniens, spartiates, macédoniens ou encore romains.
C'est lors de cette transition (2ème siècle avant JC) que le roi macédonien Philip III a détruit une grande partie de l'île pour que les romains ne profitent de rien. A noter également la venue de Vénitiens au 13ème siècle puis des Turcs au 16ème qui ont établies certaines règles encore en vigueur à ce jour.
Deux hypothèses s'affrontent pour expliquer le nombre important d'églises sur Skopelos. La 1ère veut que les Grecs de Turquie aient jeté dans la mer leurs icônes pour les protéger de la grande catastrophe d'Asie Mineure de 1921. Pour chaque icône qui a atteint l'île de Skopelos, une église a été érigée. La 2nde est liée aux nombreux raids de pirates et des Turcs dont l'île était la cible. Pour protéger la population, les églises étaient construites pour cacher le peuple à chaque attaque, et respectées par les pillards en tant que terre sainte.

Haut de page

Skopelos - Activités

Sur Chora se trouve les musées du folklore et de l'histoire (qui se trouve dans l'ancienne maison de l'écrivain grec Pavlos Niravas ) et les balades à travers la vieille ville sont agréables. La montée jusqu'au Kastro, l'ancienne forteresse est également intéressante et permet de profiter de beaux points de vue, tant sur la mer que sur les vallées environnantes, et est agrémentée de nombreuses petites églises et maisons anciennes. Sur l'île, il est agréable de « se perdre » en voiture sur les sentiers intérieurs ou en bord de mer, ce qui permet de profiter de paysages très divers, d'anciennes fermes, d'églises ou de monastères isolés.
Il y a chaque été une grande exposition de photos qui rassemble un grand nombre d'amateurs éclairés. Cette manifestation est organisée par le Centre de la Photographie inauguré en 1995. Plus largement, l'art occupe une place importante sur Skopelos et une fondation a même été créée en 1999 par une artiste américaine pour promouvoir les arts en s'appuyant sur des artistes internationaux.
Les criques sont des lieux idéaux pour pratiquer le snorkling, la baignade ou bien encore du pédalo si vous avez les cuisses pour ! (attention aux coups de soleil que j'ai pris pour ma part sur Limnonari …) Des croisières à la journée sont également possibles depuis le port de Chora, en fonction du temps qu'il fait (trop de vent = rien les lundi et mardi, et complets le mercredi …), pour aller naviguer à travers le parc national marin, jusqu'à Alonisos – île à proximité – ou encore jusqu'à Glisteri, crique connue pour la voûte qui apparaît à plusieurs reprises dans le film « Mamma Mia ». C'est également ce film qui a fait de l'église Ag. Ioannis sto Kastri, au Nord Ouest de l'île, un lieu de pèlerinage qui attire de nombreux touristes. Le soir, l'ambiance est essentiellement dans les bars ou tavernes de Chora qui font le plein de touristes de toutes parts. Il est très agréable de s'y promener pour prendre un verre en bord de mer ou de déambuler dans les boutiques de souvenirs (vêtements, bijous et céramiques). Les villes de Glossa et de Panormos jouissent également d'une vie nocturne un peu plus importante que les autres villages.

Haut de page

Skopelos - Lieux incontournables

Quelques lieux et sites incontournables : Chora, la capitale avec ses diverses activités commerciales, de loisirs et culturelles. Glossa qui est un village typique avec ses maisons de type Macédonien, ses ruelles étroites et ses points de vue remarquables. Klima, un village historique en bord de mer au milieu d'un forêt de pins. Un tremblement de terre au milieu de 19ème siècle a pratiquement vider le village de ses habitants et seuls 50 subsistent aujourd'hui. Une usine de traitement de l'huile a également été opérée jusqu'en 1967, année de sa fermeture. Elios – Neo Klima est une station balnéaire typique créée en 1965. Loutraki est le second port de l'île à l'ouest de Skopelos. 4 petites îles le protègent des des vents. Des ruines de l'ancien acropôle de Selinoudi sont paraît-il à proximité de la ville, mais nous ne les avons point trouvé. Panormos est un des plus beaux villages côtier que nous ayons vu, avec une superbe plage et un port naturel. De fait, il est également très recherché et les hôtels et tavernes attirent nombre de touristes, certains qui viennent pour faire une croisière, visiter une grotte ou encore les vestiges d'un ancien acropole. Le petit village de Agnondas vaut aussi le détour, ne serait-ce que pour profiter d'une crique assez sauvage et de poissons frais … Notre pension se trouvait sur la route de Stafylos, site où le roi du même nom a construit son palace (les ruines ont été découvertes au cours du 20ème siècle à proximité de la plage ainsi que de nombreux bijoux, vestiges et tombes. Bien évidemment, les plages et criques sont un pur régal pour ceux qui veulent profiter d'une mer aux eaux transparentes et turquoises. L'avantage de louer une voiture est d'avoir pu en visiter plusieurs que nous citons ci-dessous : au Nord : Ag. Ioannis, Glisteri, Glifoneri – au Sud : Karkadzouna, , Milia, Limnonari, Stafilos et Velanio

Haut de page

Skopelos - La gastronomie

Quelques spécialités sont à noter sur Skopelos, dont la tarte au fromage ou la tarte aux noix. Le Skopelos cheese pie est également un grand classique qui se décline avec plusieurs ingrédients. Bien entendu, on retrouve les plats typiques (moussaka ; à base de viande ou de poulet), les salades grecques, concombres-tomates ou plus locales et les poissons grillés ou frîts (les Grecs semblent vouloir frire un grand nombre de mets …). Je recommande l'octopus mariné dans le vin blanc qui est un pur régal ! Les vins blanc et rosés sont tout à fait corrects mais le rouge laisse à désirer. Les pâtisseries sont assez diversifiées et spécifiques à l'île (Hamalia, Katsares ou encore Fouskakia). Un seul bémol, lié inévitablement à l'aspect touristique du lieu, est la hausse des prix par rapport à Skyros mais qui reste raisonnable dés que l'on s'éloigne de la capitale.

En route pour le voyage !Haut de page

Epilogue

Dimanche 11/08 – Lundi 12/08 // Skyros – Nantes
Le retour se passe mieux que l'aller et nous enchaînons les vols Skiros - Athènes et Athènes – Paris tels que prévus le dimanche pour reprendre le train le lundi pour Nantes. A noter que l'aérodrome de Skiros était militaire à l'origine, et s'est ouvert à des vols civils tardivement. Ce qui explique sans doute les rares vols exclusivement de/vers Athènes. De fait l'aérogare se limite à un hall départ arrivée avec 2 banques d'enregistrement, 1 PIF et 1 seule salle d'embarquement. N'ayant pas pu prendre le vol aller, nous ignorons comment se passent les arrivées … La ligne de bus régulière est « activée » lorsqu'un vol est annoncé, et cette ligne dessert Molos et notre hôtel.
Nous avons été quelque peu surpris du nombre de touristes très importants sur Skopelos, beaucoup moins sur Skiros, et il semble que malgré tout la crise qui frappe la Grèce depuis 2008 ait quand même stoppé l'afflux de touristes sur les 2 îles. Les gens sont particulièrement accueillants et n'hésitent pas à vous donner des conseils ou des infos même si vous ne les avez pas demandé ;oD) Skopelos se prête plus à une activité de loisirs et de farniente alors que Skiros invite plus à la découverte. Skopelos est verte et il est facile de trouver une crique ou une plage – plus ou moins - aménagée pour passer un moment agréable en bord de mer pendant que Skiros se présente plus aride mais avec des paysages spectaculaires et sauvages. Chacune à son charme … Skiros est souvent mentionnée en dehors de l'archipel des Sporades, sans doute dû au fait de son éloignement des îles qui la constituent. Notre passage – éclair il est vrai – sur Athènes ne nous en laisse pas un souvenir impérissable (comme c'est à chaque fois le cas que nous nous y sommes arrêtés) et la crise se fait d'autant plus sentir maintenant. Nous avons trouvé pendant notre voyage ce que nous recherchions, à savoir le soleil, les plages « paradisiaques » et le dépaysement, qui est plus important sur ces îles que sur celles des Cyclades où nous avons pu passé.

En route pour le voyage !Haut de page

PARCOURER L' ALBUM SOUVENIRS ...

Architecture Quelques paysages Divers Portraits La mer et paysages aquatiques

Cliquez sur la vignette de votre choix pour accéder à l'album photo

Haut de page